Monter les marches de Cannes.

Cela peut paraître complètement insignifiant et futile pour certains, mais cela faisait définitivement partie de ma Bucket List.

Autant vous dire que c’est avec des étoiles plein les yeux que je suis arrivée à Cannes pour le Festival International du Film.

C’est grâce à un partenariat de longue date, établi entre le Festival et l’EFAP, école ou j’étudie la communication, que j’ai pu intégrer le Festival de Cannes en tant que stagiaire.

Le fait d’y participer de manière professionnelle en étant un membre du « staff » m’a permis de découvrir le Festival d’une autre manière, de voir l’envers du décors, ce qui tombe plutôt bien puisque je situe mon parcours professionnel dans le milieu culturel.

13401013_1311961305484221_144417530_n

Pour le côté « stage », j’étais affiliée au « screening department », je devais entre autre réaliser le powerpoint qui était diffusé sur le grand écran au-dessus des marches. C’était une très belle expérience, le genre qu’on ne vit qu’une fois dans sa vie. J’ai fait des rencontres tout aussi surprenantes qu’enrichissantes, participer à ce si grand et bel événement, avec un tel rayonnement était une chance énorme, dans une vie comme dans une carrière.

J’ai eu la chance d’avoir un poste aux horaires plutôt avantageux, ce qui m’a permis de voir de nombreux films et même de croiser Ryan Gosling 😳 entre deux séances, on finit presque par s’y habituer.

Je ne pensais pas que c’était aussi impressionnant de gravir ces fameuses marches, mais je vous promets que ça fait son petit effet.

13351124_1311961035484248_1596598868_o

Il n’y a rien de plus intense que d’assister à une projection avec l’équipe du film, on guette les réactions, les rires, les plaintes.. Le meilleur moment est sans conteste la fin de la séance (ce qui se vérifie encore plus pour certains films), quand la salle entière se lève et applaudi un réalisateur et ses équipes, c’est un moment chargé d’émotion, je me suis d’ailleurs surprise à verser ma larme plus d’une fois.

IMG_8155Standing ovation pour le film La Danseuse

J’aime beaucoup le cinéma, mais je n’ai pas les éléments ni les connaissances nécessaires pour analyser correctement un film et sa réalisation. Les discussions avec certains journalistes à la sortie de projection ont donc été très enrichissantes pour moi et j’ai beaucoup appris de ce côté là également.

Pour ravir mon côté cinéphile, j’ai eu la chance de voir :

Le très attendu  » Juste la fin du monde «  de Xavier Dolan (sortie prévue le 21 septembre 2016). C’était LE film que je voulais absolument voir à Cannes, Dolan étant un de mes réalisateurs préférés.

Les spéculations allaient bon train toute la journée, les journalistes ayant eu la primeur de voir le film la veille, chacun y allait de son petit commentaire « du grand Dolan » à « N’y allez pas, c’est une grosse merde », j’ai tout entendu et son contraire.

Autant vous dire que je l’attendais de pied ferme, rare sont les films qui m’ont fait l’effet de J’ai tué ma mère ou de Mommy. Quand on sort de Mommy, on marche pas droit et on perd la parole pendant une bonne dizaine de minute. C’est cela que j’attendais de Dolan, une tempête d’émotion comme il sait si bien le faire.

Je ne suis pas certaine d’être très objective, mais j’ai ADORÉ « Juste la fin du monde ».                                       Comme si Dolan avait posé une caméra dans le salon de ma grand-mère au milieu d’un repas de famille. Ça brille de réalisme, de malentendus, de fierté, d’amour.                                                                                                            Le casting est incroyable, mention spéciale pour Vincent Cassel, qui met clairement tout le monde d’accord.           Sans surprise, il est mon film préféré de cette 69ème édition du Festival de Cannes.

Gros coup de cœur également pour le film esthétiquement magnifique, « La Danseuse », (sortie prévue le 28 septembre 2016) de Stéphanie Di Giusto, avec Soko, Gaspard Ulliel, Mélanie Thierry et Lily Rose Depp. Le film retrace l’histoire de Loïe Fuller une icône de la danse au 19ème siècle.

Je vous conseille également « Personnal Shopper » d’Olivier Assayas, (sortie prévue le 19 octobre 2016) avec Kristen Stewart, un peu flippant, mais vraiment bien réalisé.

« Rester vertical » – ou l’angoisse de ma vie

Le 2ème soir du festival, j’ai pu assister à la projection de « Rester Vertical », un film français d’Alain Guiraudie (sortie prévue le 24 août 2016).

C’est le premier film que j’ai vu dans le cadre du festival et autant vous dire que le gros plan bien placé pendant un accouchement, la relation amoureuse grand-père/beau fils et la sodomie pour accompagner la mort d’un vieillard, ça vous calme direct. Je pense que je n’ai pas les connaissances nécessaires pour comprendre et apprécier ce genre de film, c’est là que se trouve la limite de ma « cinéphilie ».

Dans la même lignée des films « très Cannes », j’ai pu voir « Mal de Pierres« , de Nicole Garcia avec Marion Cotillard et Louis Garrel, dont l’intrigue tombe complètement à l’eau. « Loving », de Jeff Nichols une histoire d’amour pendant la ségrégation et « Julieta« , le dernier Almodovar, c’est chouette, mais ça casse pas des briques.

En ce qui concerne les films hors compétition, j’ai pu voir « The Nice Guys« , de Shane Black avec le beau Ryan Gosling, et (le moins beau, mais bon on l’aime bien quand même) Russell Crowe. Si vous avez envie de passer un bon moment, foncez y ! Evidement ce film n’a rien à voir avec ceux présentés plus haut, c’est une comédie un peu loufoque, dans le même genre que Kingsman.

Dans un autre style, il y a aussi Hands of stone de Jonathan Jakubowics avec De Niro, c’est un peu le remake de La rage au ventre, mais sous forme de biopic. Et sans Jake Gyllenhaal, du coup, forcement c’est moins bien.

Ces deux semaines à Cannes ont été un véritable rêve éveillé pour moi, aussi bien sur le plan « professionnel » que sur le plan personnel. Alors un grand merci à l’EFAP et au Festival de Cannes d’offrir de telles opportunités à des étudiants ! On se dit à l’année prochaine ?

Melody.

13351165_1311960922150926_2025189470_o

Enregistrer

Enregistrer