Vous n’avez pas pu rater l’info, Netflix a dévoilé la deuxième saison de Narcos le 2 septembre dernier, 10 épisodes qui nous plongent dans la chute du plus grand narcotrafiquant de l’histoire, Pablo Escobar.

i

Adios Pablito

i

Si les créateurs de Narcos ont été clair depuis le début de la série en affirmant que ce n’était pas un « biopic » sur la vie de Pablo Escobar mais bien sur la naissance des narcotrafiquants en Colombie dans les années 70, puis son développement de cartels en cartels, de pays en pays. La mort de Pablo nous laisse cependant un peu pantois (oui, ça se dit encore) quant à l’avenir de la série.

Avec deux saisons et l’interprétation magistrale de Wagner Moura, difficile de se détacher de Pablo, car même si on sait que c’est mal, on ne peut s’empêcher de le trouver attachant, avec sa petite moustache et son ventre bedonnant.

Une saison riche en ennemis 

i

A la fin de la première saison, on quitte Pablo sur une évasion spectaculaire de sa prison  « La Catedral », un moment critique, mais à cette période Pablo est encore le « patron » de Medellin, si bien que les policiers sensés l’arrêter s’écartent de son chemin pour le laisser passer.

Plus violente, plus noire, cette nouvelle saison s’articule sur l’esprit de vengeance qui hante l’ensemble des personnages de la série.

De nouveaux ennemis apparaissent, et ils sont prêt à tout pour faire tomber le baron de la drogue. Très vite, Pablo est pris au piège entre l’alliance de ses ennemis (le cartel de Calí, Judy Moncada et des anciens collaborateurs déçus) et “Los Pepes”, aux méthodes aussi expéditives que sanguinaires. Le vrai personnage principale de cette série : la Colombie, se retrouve à feu et à sang.

Comme si cela ne suffisait pas, Horacio Carrillo est de retour au «Bloc de Recherche » et à lui aussi, des méthodes plus que douteuses, il n’hésite pas à tuer un adolescent, complice de Pablo à bout portant, ou a balancer de son hélicoptère un proche d’Escobar qui refuse de collaborer.

iCNX6LpSU8AAxip6.png-large

Un nouveau Pablo

i

Ses hommes tombent les uns après les autres et Escobar, commence à douter et à s’affaiblir aussi bien psychologiquement que physiquement, le « patron » entame une descente aux enfer qui n’aura pas de happy ending.

On observe un Pablo plus pensifs qu’à l’habitude, susceptible de craquer à tout instant. Comme quand l’Allemagne ne laisse pas entrer sa famille sur le territoire, ou lorsque le regard de son père devient trop dur à supporter. Pablo retrouvera sa force, sa soif de revanche et de pouvoir, vers la fin, malheureusement trop tard.

Mais la série évoque aussi le père de famille aimant et les quartiers qu’il a construits à Medellín.

Narcos a su restituer toute l’ambiguïté de Pablo Escobar : tendre la main à son peuple et l’assassiner à bout portant en suite.

Impossible de pardonner ce déchaînement de violence et ces attentats meurtriers qui ont coûté la vie à des milliers de Colombiens, Pablo a franchit la ligne, et son pays entier le veut mort.

Une grande partie de la série est dédiée à sa famille, notamment à sa femme « Tata » qui voit son frère mourir sous ses yeux et est dans l’obligation de quitter le pays pour mettre ses enfants en sécurité. Une femme qui ne lâchera jamais Pablo, même quand il refuse de se rendre (ce qui apparaît comme la seule solution pour protéger sa famille), « Tata » se battra jusqu’au bout aux cotés de son mari.

Narcos-1x08-600x338

On aurait aimé en savoir plus sur « l’après », pour les proches de Pablo, mais peut-être que le reste du clan Escobar aura encore un rôle dans la saison 3 ? On en doute un peu, mais il aurait été intéressant d’explorer la vie sans Pablo, surtout quand on quitte « Tata » en pleine négociations avec les ennemis de son mari pour obtenir l’exil et la sécurité pour ses enfants.

i

Los Gringos, plus acharnés que jamais

i

Si on se prend un peu d’affection pour Pablo et sa famille, on se met aussi rapidement à la place de nos deux gringos Murphy et Pena. Frustrant comme à chacune de leurs interventions, Pablo s’en tire, mais toujours à peu de chose.

On les voit errer, espérer, franchir de nouvelles barrières morales, même s’allier avec d’autres narcos dans le but d’attraper Escobar. Les flics dérapent, Pablo renchérit, et cette violence rythme les épisodes tant et si bien que les auteurs parviennent à créer du suspens sur une histoire déjà bien connue de tous.

La voix-off, de Murphy, est dans cette nouvelle saison, dispensable, si ce n’est chiante.

9f83bbf0-3ed7-0133-0a21-0e76e5725d9di

Narcos sans Pablo ?

i

Même si on la redoute, la mort de Pablo est un moment attendu. Les scénaristes le savent et ont fait monter la pression tout au long des dix épisodes, ou s’organise une véritable chasse à l’homme.

Les fausses pistes et les dommages collatéraux se sont multipliés, chacun a perdu un peu de son âme, à l’image du gentil Límon, qui débarque un peu par hasard, recruté par La Quica au début de la saison, qui finit par suivre “El Patrón” au bout de l’enfer.

Pablo Escobar finit ses jours sur le toit de sa planque, la scène est brillante de réalisme, de nombreuses photos du corps d’escobar ont été prises à l’époque, dont une ou Murphy pose fièrement à côté du corps sans vie du « patron » déchu, la photo apparaît à la fin de la scène, et les ressemblances entre les décors et les personnages sont troublantes.

Au même moment, le cartel de Calí, qui fait passer encore plus de coke que Pablo à la belle époque, fête la mort de son rival. La tête de l’hydre a repoussé avant même qu’on en coupe une.

La porte est grande ouverte vers une évidente saison 3, centrée sur Pacho Herrera et Gilberto Rodriguez Orejuela, les deux hommes forts du cartel, qui finira lui aussi éventuellement par tomber… avant d’être remplacé par une autre organisation criminelle. C’est là le fond du problème, la chasse entre fédéraux et narcotrafiquants est un problème constant, un éternel recommencement. Alors comment Narcos va survivre sans le charismatique Escobar ? Réponse dans la (supposée) saison 3, qui devrait débarquer courant 2017.