Vous n’avez pas pu passer à côté ces derniers jours, Suicide Squad, le film le plus attendu de l’année en prend plein la figure, des critiques comme des spectateurs. Alors, tout n’est pas à jeter dans Suicide Squad, loin de là, mais entre un Jared Leto décevant, une bande originale clichée et un montage bâclé, décryptage d’une déception générale.

i

Synopsis

Les pires méchants de l’univers DC Comics réunis dans un même film.
C’est tellement jouissif d’être un salopard ! Face à une menace aussi énigmatique qu’invincible, l’agent secret Amanda Waller réunit une armada de crapules de la pire espèce. Armés jusqu’aux dents par le gouvernement, ces Super-Méchants s’embarquent alors pour une mission-suicide. Jusqu’au moment où ils comprennent qu’ils ont été sacrifiés. Vont-ils accepter leur sort ou se rebeller ?

Exit les super-héros aussi chaleureux que votre belle-mère, aujourd’hui ils se veulent sarcastiques et provocateurs, dans la veine de Deadpool. Si la tendance est à la déconne, les super-héros se déplacent désormais en bande, sans doute portés par le succès d’Avengers. Le Suicide Squad de David Ayer promettait de regrouper ces deux critères : un film chorale badass. Malheureusement, si le film n’est pas complètement raté, il est rempli de défauts profonds, difficiles à pardonner.

i

Une communication (trop) réussie

 

Depuis plus d’un an, Warner nous bombarde de teaser qui vendent du rêve, offrant un humour décapant et un univers pop tout en couleur. Ajoutez à ça un casting de superstar, avec Will Smith, Jared Leto et la très tendance Cara Delevingne. Suicide Squad s’est très vite hissé en tête des films les plus attendus de 2016. Le public en attendait beaucoup, peut-être un peu trop.

i

Une intrigue bâclée

 

Chacun des membres du squad est présenté au début du film et ici encore, de façon plutôt maladroite. On a l’impression que les teaser diffusés sur internet ont été mis bout à bout au montage. Le développement des histoires de chacun est assez inégal, sans vraie cohérence, mais le manque de rythme lui, est bien réel. Dans le Squad, seuls Harley et Deadshot sont développés, les autres ne sont là que pour le moment où l’on a besoin de leur capacité…

S’en suit des scènes de combat pas hyper convaincantes, des allers/retours en prison et des personnages qui disparaissent aussi vite qu’ils sont arrivés. Sans compter les scènes mielleuses entre Cara Delevingne et son amoureux.

i

La bande originale

 

Parlons en. Sur le papier, ça partait bien, et même dans le film, les morceaux sont plutôt bien adaptés aux scènes. Mais encore une fois, on tombe dans la facilité, avec des gros « hits » des dernières années, qui si ils font leur effet sur le moment, ont du mal à dynamiser le film sur la longueur.

i

i

Un casting décevant

 

Commençons par la plus grosse tête d’affiche : Will Smith. Il incarne un Deadshot plutôt réussi mais beaucoup, beaucoup trop pathos. Un personnage qui n’a pas grand chose de méchant et qui est toujours à son avantage, un brin moralisateur, (on peut se demander si l’acteur n’a pas imposé certaines choses pour jouer dans le film), sans grand intérêt malgré son omniprésence.

i

i

Margot Robbie, incarne une Harley Quinn pétillante, qui vole la vedette à son tendre Joker. On doute de sa puissance de « super-héroïne », son moment le plus violent étant le vol d’un sac à mains dans une vitrine, mais ce personnage apporte un vrai vent de fraîcheur au film.

i

i

Quant à Cara Delevingne, on ne sait pas quoi vous en dire. Un potentiel pas vraiment exploité mais un jeu pas mauvais non plus. On reste sur notre faim.

Mais la palme de la déception revient à Jared Leto, qu’on retrouve dans un Joker aussi incohérent qu’absent. L’acteur est lui même très déçu du rendu au montage final et affirme que la plupart de ses scènes ont été coupées « Je pense que j’ai tant donné sur chaque scène, [que les coupes] ont surtout filtré l’aspect « folie ». Je voulais donner beaucoup de possibilités, mais je crois qu’il y a probablement assez du Joker dans [ces scènes coupées] pour un film entier ! Si je mourrais demain, peut-être que le studio sortirait ça de son chapeau. Car une version R ou X se cache quelque part. »

i

i

Les points positifs

Parce qu’il y en a. Visuellement, c’est plutôt réussi, les effets spéciaux sont convaincants. Si l’intrigue est cousue de fil blanc, on se laisse facilement prendre en jeu. Le rythme qui a du mal à démarrer avec la présentation de chaque « méchants », et assez soutenu par la suite, on ne s’ennuie pas. Vous vous surprendrez même à sourire quelques fois, aux répliques de Harley Quinn.

i

Les critiques sont un peu durs, tout n’est pas à jeter dans Suicide Squad, mais on en ressort pas vraiment convaincu non plus. On a le sentiment que le gros du travail a été fait dans les bandes-annonces, afin d’attirer un maximum de spectateurs dans les salles, pour générer un maximum d’argent.

Et le grand écart entre les critiques et le succès du film est impressionnant, durant son premier weekend, Suicide Squad a engendré près de 135 millions dollars, un record absolu pour une sortie en août.

Intrigue bâclée, montage brouillon, sexisme, faux-méchants : autant de reproches faits au film de David Ayer. Une promotion ultra maîtrisée et un casting hallucinant n’auront pas suffi à en faire un film applaudi.